Ça roule à Mazé, rallyes et expos sous le signe des marques oubliées

Henri Auriacombe
Henri Auriacombe a rejoint l'équipe de News d'Anciennes à l'été 2019. Belle occupation de retraite pour un photographe de presse dont la carrière a commencé en 1966 !

À la une sur News d'Anciennes

Les Autos ont été cachées, mais certainement pas aux Nazis !

Depuis quelques temps tourne sur Facebook un article annonçant la découverte incroyable d'autos dans un tunnel minier français. Des autos "cachées aux Nazis". Des...

6000 Visiteurs s’étaient rassemblés les 14 et 15 Septembre à Mazé-Milon en Anjou pour le traditionnel Ça roule à Mazé. Un événement bisannuel qui anime magnifiquement le parc du château de Montgeoffroy.

Cette année c’étaient plus de 300 autos, motos et bateaux qui étaient présent sur les pelouses. La manifestation existe depuis une vingtaine d’années, créée par Gerard Chapuis et Michel Banchereau. Ce n’était pas une marque qui était à l’honneur de Ça roule à Maze, mais toutes les marques oubliées. Et les éditions précédentes en avait déjà rassemblé quelques unes. En 2015 Gerard Chapuis, président de l’Amicale Studebaker France en avait réuni 27 et en 2017 c’étaient 32 Panhard qui avaient été à l’honneur, notamment une remarquée Monopole ex-24h du Mans.

Le Samedi commençait par un rallye pour les autos de ces marques oubliées. Direction La tour de La Charpenterie de Cornilles-Les-Caves. Après un repas de fouées dans les caves troglodytiques, les équipages repartaient pour le musée de l’air a l’aéroport de Marce près d’Angers. Le personnel du musée en a profité pour sortir sur le tarmac un avion mu par un moteur Salmson pour une séance photo avec une voiture de la marque.

De leur côté les Studebaker faisaient bande à part. Les autos présentes étaient parties pour une balade en Touraine.

Dimanche matin, deux nouveaux rallyes de 60 km étaient organisés. Une première boucle partait vers le nord, une seconde vers le sud. Celle-ci offrait un questionnaire aux participants pour leur plus grand bonheur.

Au retour de tout le monde, les autos s’exposaient sur les pelouses du château.

Parmi les modèles présentes, la doyenne de Ça roule à Mazé était une Darracq de 1901. C’est aussi la doyenne des immatriculations dans le département du Maine et Loire, et elle participe régulièrement au rallye London to Brighton.

Une belle curiosité était présente, une SARA (Société Automobile à Refroidissement par Air) de 1927 sortant de restauration. Autres autos méconnues, une Donnet Zedel de 1925 était présente ainsi que deux Rosengart, une de 1930 et une de 1924.

On retrouvait également des marques plus connues avec une Delage de 1912, une Berliet Dauphine de 1934, une Amilcar, une De Dion ou une Bugatti.

Toutes ces autos méconnues, toutes en état de marche et certaines venues par la route, attiraient donc le public de Ça roule à Mazé. On demandait des précisions ou on s’inquiétait des restaurations de ces autos dont les pièces sont introuvables et demandent souvent de nombreuses heures de travail.

On vous l’a dit les Studebaker étaient nombreuses. 18 étaient venues cette année dont un rarissime break venu par la route… de Hollande !

Parmi les autos plus jeunes présentes pour Ça roule à Mazé on retrouvait des françaises, Renault, 4L, 4cv, Dauphine, R8 et R8 Gordini. Mais aussi des Peugeot, 202, 203, 204, 404… Évidemment les Citroën étaient aussi de sortie et puis on oublie pas quelques Panhard, 24CT, Dyna et quelques Simca.

Côté marques étrangères comme on retrouvait les classiques Mercedes, Porsche, Triumph, MG, jaguar, Alfa Romeo, Fiat… Une exposition appréciée par le nombreux public présent autour de ces rescapées des temps. Cela rappel la voiture des familles, du père et du grand père.

Pendant ce temps, quelques animations permettaient de changer un peu des autos. Une fanfare se chargeait de l’ambiance musicale.

La journée se terminait par la remise des prix des rallyes et le tirage de la tombola qui créa une jeune heureuse gagnante. Elle remportait en effet le gros lot, une 2cv Citroën blanche et bleu, qui était entourée pour l’occasion par une rouge et une jaune, les gros lots des années précédentes.

Pour ne rien rater de la prochaine édition, cliquez ici.

- Advertisement -

Sur le même thème

3 COMMENTS

  1. HENRI DE TRES BELLE PHOTOS PAR UN EXELLENT PHOTOGRAPHE D EXPERRIANCE 2 TRES BEAUX JOURS DE AVEC DES ANCIENNES EST DES PASSIONNES UNE BELLE EXPERRIANCE // PHILIPPE//

  2. Bravo aux organisateurs , notamment à mon ami le Président Gérard Chapuis qui ne compte pas son temps et sa sueur pour se dévouer à l’animation des groupes d’amateurs de véhicules de collection !!!
    Rémy

Répondre à BURON MARIE-ODILE Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Au volant d’une Renault 5, un plaisir simple

Une Turbo ? Non. Une R5 Alpine Turbo alors ? Non plus. Pourquoi la Renault 5 devrait-elle être sportive pour être intéressante....

Nos Anciennes Abandonnées : une R8… ou ce qu’il en reste

Cette fois ce n'est pas Antoine qui nous présente une ancienne abandonnée (les autres épisodes sont par ici). C'est Mathieu qui nous...

Au volant d’une Eden Roc, petit plaisir

Conduire un cabriolet italien, on l'a déjà fait. Mais les Alfa Spider, c'est tellement courant. Alors on va faire plus original. Plus...

Au volant d’une Daf 44, incomparable !

Dernier essai du jour. J'ai le choix. Soit l'AC Bristol, soit une auto qui m'intringue depuis longtemps. J'ai déjà tâté de l'AC...