La Bourse de Redon 2017 a soigné son retour !

Marc
Jeune retraité, Marc, un ancien parmi les anciennes, ça ne dépareille pas trop, d'autant que sa deuxième matière grise, métallisée celle-ci, lui accorde de bonnes virées nostalgiques, une Renault R8 ragaillardie. Il est sous le régime News d'Anciennes depuis depuis début 2016.

À la une sur News d'Anciennes

En 2016, la météo avait entraîné l’annulation… L’organisation n’a pas changée et cette Bourse de Redon 2017 installait ses étalages se déployait sur le secteur portuaire et à l’intérieur des antiques Halles Garnier.


Site et lieu chargé d’histoire, dans son style Old School, où le club des Authentiques Motocyclettes du Pays de Vilaine et ses 80 exposants, accueillent les passionnés de vieilles mécaniques et autres objets d’antan.
Ambiance particulière, certes, notamment sous les charpentes métalliques éclairées par les verrières du temps passé. Nous sommes dans les anciens mûrs de l’usine de matériels agricoles Garnier, transformée en halle d’exposition.

A l’extérieur, les quais ne manquent pas d’intérêt. Les exposants nostalgiques du grand air et les parkings ouverts aux visiteurs venus en anciennes, sans oublier le secteur de la digue, égayé par les nombreuses fresques murales qui entourent l’ancienne usine. Old school… j’ai bien dit.

Les belles mécaniques n’ont pas manqué le déplacement à la Bourse de Redon 2017 même si je m’suis attardé davantage sur nos autos en présence.
Le long du quai, des Simca en majorité… décidément, la marque se fait remarquer dans la région. Entre autres populaires, la caravane pliante mérite bien un détour.


Stationnées sur un tapis de feuilles mortes, du côté de la digue, de très belles carrosseries ornent ce magnifique site autour du calvaire. Des américaines en bonne compagnie de populaires françaises et autres européennes. Buick Eight de 1951, Chevrolet Fleetmaster, et cette superbe Renault Frégate. Des restaurations top, Opel Rekord, Fiat 125, Opel Senator, Peugeot 404, 304 coupé, BMW 6.35 csi…. et encore des Simca qui font la pause sandwichs.

Une rareté fait l’unanimité dans cette espace où l’admiration se porte notamment sur ce coupé C1 chauffeur Binder de la marque Avions Voisin des années 20. Un bijou qui réside dans le proche Morbihan. C’est un des quatre derniers modèles existants. Une restauration prestigieuse qui fut entre autre, l’invitée d’honneur du Vingtième Anniversaire de la revue Gazoline, en souvenir du premier essai d’un véhicule de la marque, effectué sur le n° 1 du magazine.

La visite de la Bourse de Redon 2017 prend fin, sans trop de précipitations, puisque en chemin, je m’attarde sur ces fresques murales, qui auraient bien mérité s’associer avec quelques belles anciennes. Seules quelques youngtimers se prêtent à la séance photos.
Le président Rodolphe me confiait que cette 18ème édition est la meilleure de son existence à tous points de vue. Un bon choix, donc, pour une découverte !

- Advertisement -

Sur le même thème

2 COMMENTS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Au volant d’une Renault 5, un plaisir simple

Une Turbo ? Non. Une R5 Alpine Turbo alors ? Non plus. Pourquoi la Renault 5 devrait-elle être sportive pour être intéressante....

Nos Anciennes Abandonnées : une R8… ou ce qu’il en reste

Cette fois ce n'est pas Antoine qui nous présente une ancienne abandonnée (les autres épisodes sont par ici). C'est Mathieu qui nous...

Au volant d’une Eden Roc, petit plaisir

Conduire un cabriolet italien, on l'a déjà fait. Mais les Alfa Spider, c'est tellement courant. Alors on va faire plus original. Plus...

Au volant d’une Daf 44, incomparable !

Dernier essai du jour. J'ai le choix. Soit l'AC Bristol, soit une auto qui m'intringue depuis longtemps. J'ai déjà tâté de l'AC...