La Delage V12, auto disparue en 1937, va être reconstruite !

Benjaminhttp://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Citroën Ami, la superdeuche qui a su se réinventer

Alors que l'électrique Citroën Ami est en précommande, c'est le moment de reparler des premières autos du genre. Fruit d'une éternelle volonté...

On vous avait parlé brièvement de l’auto dans notre article consacré à Labourdette (par ici). La Delage V12 était la première auto à recevoir le pare-brise Vutotal. Cette auto de course novatrice n’a jamais couru et a été perdue. Et bien en ce moment même se prépare la résurrection de cette auto mythique.

La Delage V12 en bref

La Delage V12 va naître de la volonté de Louis Delage d’engager une auto au Grand Prix de l’ACF 1937 qui se courra à Montlhéry. Il confie le projet à deux brillants ingénieurs, Albert Lory et Jean Andreau. Le premier va concevoir la partie mécanique, avec un V12 à 60° à arbre à cames central développant entre 150 et 200 ch, relié à une boîte cotal.
Le second est un brillant aérodynamicien qui va dessiner les lignes de l’auto. Sa signature c’est l’aileron de requin, que l’on trouve aussi sur la 402 sur laquelle il a travaillé. L’auto est donc très profilée et même son soubassement se retrouve caréné.
Pour la carrosserie on fait donc appel à Labourdette qui l’équipe de son pare-brise Vutotal.

Elle est présentée au Salon de Paris puis elle va être amenée pour les essais du Grand Prix de l’ACF. Malheureusement elle est accidentée sur l’autodrome et ne prend pas part à la course. Elle va être réparée et de nouveau exposée au salon de Paris l’année suivante, sur le stand de Labourdette cette fois.

La suite ? Bonne question. On perd totalement la trace de cette auto, vraisemblablement démantelée.

Le projet actuel

L’an dernier déjà les Amis de Delage avaient montré les prémices du projet. Mené par l’association mais aussi les écoles des Arts et Métiers, il est très semblable à celui du Scrabé d’Or. Sauf qu’il ne s’agit pas d’une restauration mais d’une recréation, presque sans éléments de base !

Depuis le travail a commencé sur les campus des Arts et Métiers de Metz, d’Aix en Provence et de Chalons en Champagne. Les éléments qui servent à la modélisation sont minces : une miniature pour certaines proportions, des photos d’époque, un carnet de croquis pour le V12, une maquette de soufflerie et quelques éléments mécaniques identifiés.
Sur ce dernier point on sait ainsi avec quasi certitude que c’est un châssis Delahaye de 2.95 m d’empattement (celui des 135 Longues) qui servit à l’époque. La boîte Cotal a par ailleurs été utilisée sur d’autres modèles contemporains de la Delage V12, elle servira de base.

Les étapes du projet Delage V12

La modélisation de la carrosserie et du moteur est en cours. Evidemment ces parties sont longues car certaines dimensions doivent être devinées plus que mesurées. Néanmoins l’équipe espère qu’à la fin de l’année les formes définitives de la carrosserie, et donc de son armature bois seront définies. Même chose pour les vitrages, mais le concept Vutotal a heureusement été partagé et les formes sont les derniers points de blocage.

L’année prochaine, on attaquera la réalisation, grâce à des partenaires de choix, tous spécialistes dans leur domaine.
Beaucoup d’éléments du V12 seront réalisés par la fonderie de la Varenne qui peut produire des pièces en petites séries, voir à l’unité. Le radiateur sera réalisé par le spécialiste Touraine Radiateur établi à Loches. Ils seront complétés par les moyens du Groupe Bertrandt qui aidera également à l’assemblage et aux premiers essais du moteur.

Concernant le châssis, la carrosserie et la structure en bois sur laquelle elle repose, c’est Auto Classique Touraine, spécialiste des grandes marques françaises de l’époque qui sera à la manœuvre.

Enfin pour la couleur de l’auto c’est le spécialiste Glasurit qui piochera dans son catalogue de centaines de milliers de couleurs pour fournir la bonne. Tâche ardue car on ne sait pas à l’heure actuelle si l’auto était unie ou bicolore (au Grand Prix de l’ACF 1937). En tout cas la marque de BASF utilisera tous ses moyens techniques pour déterminer le bon bleu (car il semble que la Delage V12 ait été bleue) à appliquer sur la carrosserie.

Les assemblages finaux devraient avoir lieu en 2022 avant les premiers essais.

Rendez-vous en 2023 pour voir la Delage V12 rouler

Le calendrier prévisionnel, qui table sur des milliers d’heures de travail, prévoit que l’auto sera prête pour 2023. Et pour le coup, le final devrait être magnifique puisqu’on parle d’une reconstitution du Grand Prix de l’ACF 1937 sur l’Autodrome de Linas-Montlhéry. On a hâte d’y être !

Plus d’infos par ici.

- Advertisement -

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Au volant d’une Renault 5, un plaisir simple

Une Turbo ? Non. Une R5 Alpine Turbo alors ? Non plus. Pourquoi la Renault 5 devrait-elle être sportive pour être intéressante....

Nos Anciennes Abandonnées : une R8… ou ce qu’il en reste

Cette fois ce n'est pas Antoine qui nous présente une ancienne abandonnée (les autres épisodes sont par ici). C'est Mathieu qui nous...

Au volant d’une Eden Roc, petit plaisir

Conduire un cabriolet italien, on l'a déjà fait. Mais les Alfa Spider, c'est tellement courant. Alors on va faire plus original. Plus...

Au volant d’une Daf 44, incomparable !

Dernier essai du jour. J'ai le choix. Soit l'AC Bristol, soit une auto qui m'intringue depuis longtemps. J'ai déjà tâté de l'AC...