Un Patrol Fanta Limon du Dakar 1987 restauré par des employés de Nissan

Benjaminhttp://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Citroën Ami, la superdeuche qui a su se réinventer

Alors que l'électrique Citroën Ami est en précommande, c'est le moment de reparler des premières autos du genre. Fruit d'une éternelle volonté...

Au départ du Paris-Dakar 1987, Nissan engage deux Patrol Fanta Limon, du nom de la boisson en Espagnol. Alors que le Dakar 2017 part dans quelques jours, Nissan dévoile un des véhicules entièrement restauré.

Les Patrol Fanta Limon au Dakar 1987

Les autos sont deux à partir de Versailles en Janvier 1987. Au programme, l’Algérie, le Niger, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal pour finir. 13.000 km de course qui vont être remportés par un monstre : la Peugeot 205 Turbo 16 échappée des rallyes en Groupe B et venue sur un terrain plus permissif au niveau réglementaire.

L’équipe Fanta Limon est espagnole et engage deux Nissan Patrol. Le 211 est confié à Miguel Prieto et Ramon Termens, le 212 à Jorge Babler et Hansi Babler.
Le second équipage va faire des tonneaux et ne repartira pas. Par contre, le premier équipage va terminer le rallye. En fait ils vont même signer un bon résultat avec une belle 9e place au général. En plus du Top 10, ils remportent aussi la classe diesel !

Le Nissan Patrol Fanta Limon en 2017

Le seul exemplaire restant a été longtemps exposé dans un musée à Gérone en Espagne. C’est là bas qu’un groupe de passionné le récupère en 2014. A leur tête, Pedro Diaz Illan, à l’époque membre du team et actuel manager du département d’ingénierie électrique au Technicentre de Barcelone de Nissan.
Tous les autres membres de l’équipe sont issus de ce technicentre et c’est là qu’ils vont travailler pendant deux ans.

La restauration va être complète et on va surtout se focaliser sur le moteur et le système électrique. Au final l’auto est emmenée dans le désert pour une belle séance photo.

En tout cas c’est une bonne nouvelle de voir le patrimoine du 4×4 mis en valeur. Souvent oublié par les constructeurs, les valeureux n’en sont pas moins des morceaux d’histoire automobile.

 

- Advertisement -

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Au volant d’une Renault 5, un plaisir simple

Une Turbo ? Non. Une R5 Alpine Turbo alors ? Non plus. Pourquoi la Renault 5 devrait-elle être sportive pour être intéressante....

Nos Anciennes Abandonnées : une R8… ou ce qu’il en reste

Cette fois ce n'est pas Antoine qui nous présente une ancienne abandonnée (les autres épisodes sont par ici). C'est Mathieu qui nous...

Au volant d’une Eden Roc, petit plaisir

Conduire un cabriolet italien, on l'a déjà fait. Mais les Alfa Spider, c'est tellement courant. Alors on va faire plus original. Plus...

Au volant d’une Daf 44, incomparable !

Dernier essai du jour. J'ai le choix. Soit l'AC Bristol, soit une auto qui m'intringue depuis longtemps. J'ai déjà tâté de l'AC...