Petite Histoire de l’étonnante Peugeot 403 Coupé René Bernard

Benjaminhttp://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Citroën Ami, la superdeuche qui a su se réinventer

Alors que l'électrique Citroën Ami est en précommande, c'est le moment de reparler des premières autos du genre. Fruit d'une éternelle volonté...

La Peugeot 403, c’est une voiture que tous les amateurs de voitures anciennes connaissent bien. Mais cet exemplaire que Bertrand a capturé à Automédon au début du mois est tout simplement unique. Voici l’histoire de cette Peugeot 403 Coupé René Bernard.

Les Peugeot 403 ont été construites avec deux carrosserie. La première est une berline classique, du genre de celle que j’ai pu essayer il y a peu. C’est dans cet article. La seconde, c’est le cabriolet, notamment rendu célèbre par un inspecteur à manteau beige.

Il n’y a pas eu de coupé « officiel » de Peugeot 403. Pichon Parrat, Chapron, Darl’Mat s’y sont essayé, sans qu’aucune ne soit produite en série.

C’est en Haute-Savoie à Assy que René Bernard va construire son coupé. Il a acheté une Peugeot 403 à Sallanches et il a ensuite laissé parler ses talents de carrossier. Il finira les travaux en 1963 mais elle ne sera définitive qu’en 1966.

Tout d’abord la hauteur. Pour sa 403 Coupé René Bernard, ce sont 10 cm qui sont amputés sur la hauteur de la voiture. L’avant est allongé en modifiant les ailes avant, les portes arrières sont condamnées. Un nouveau capot et des portières sont crées pour l’occasion. La ligne de caisse est conservée. Pour refermer le tout, le pavillon est coupé, raccourci de 50 cm et replacé plus en arrière.
La ligne est celle d’un coupé, bas, plutôt élégant. La ligne basse et la large calandre donnent un côté très sportif à l’auto.

A l’intérieur on installe un tableau de bord Gordini et des sièges de Panhard 24 CT.

Pour que la voiture soit un minimum sportive, le moteur de la 403 Coupé René Bernard est aussi revu par son concepteur. Sa culasse est rectifiée, et les différentes petites modification ont fait du 1618 cm³ un moteur presque sportif. Il sort alors 100ch. Pour passer la puissance, c’est vers un pont de Peugeot 404 que René Bernard va se servir.

En tout cas, cette oeuvre unique a survécu, dans un bel état. On reconnaît la Peugeot 403 mais avec une finesse assez inédite. Belle réalisation.

Les photos complémentaire viennent de ce site, très complet sur l’auto.

- Advertisement -

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Au volant d’une Renault 5, un plaisir simple

Une Turbo ? Non. Une R5 Alpine Turbo alors ? Non plus. Pourquoi la Renault 5 devrait-elle être sportive pour être intéressante....

Nos Anciennes Abandonnées : une R8… ou ce qu’il en reste

Cette fois ce n'est pas Antoine qui nous présente une ancienne abandonnée (les autres épisodes sont par ici). C'est Mathieu qui nous...

Au volant d’une Eden Roc, petit plaisir

Conduire un cabriolet italien, on l'a déjà fait. Mais les Alfa Spider, c'est tellement courant. Alors on va faire plus original. Plus...

Au volant d’une Daf 44, incomparable !

Dernier essai du jour. J'ai le choix. Soit l'AC Bristol, soit une auto qui m'intringue depuis longtemps. J'ai déjà tâté de l'AC...